Tout comme son aînée, l’Arlo Pro 4 est équipée d’un capteur de 4 mégapixels associé à une optique ultra grand-angle. Elle peut ainsi filmer jusqu’en 2560 x 1440 pixels et couvre un champ de 160°. Malgré les nombreux réglages proposés, la définition ne peut être abaissée pour l’enregistrement d’événements — elle est limitée au 1080p pour les photos et vidéos déclenchées manuellement. Il est tout de même possible de choisir parmi trois qualités d’image pour préserver la batterie, mais nous n’avons pas observé de grosses différences.

Extraits de vidéos avec les différents réglages d'exposition disponibles en haut, et les différents angles de capture en bas.

Extraits de vidéos avec les différents réglages d’exposition disponibles en haut, et les différents angles de capture en bas.

L’angle peut en revanche être réduit pour limiter les distorsions, et Arlo propose aussi différents réglages d’exposition, un mode HDR automatique ainsi que différentes options pour la nuit (vision infrarouge, ou en couleur à l’aide du projecteur). La puissance de ce dernier peut en outre être ajustée.

De jour

Ezviz BC1 Arlo Pro 4

Dans de bonnes conditions, l’Arlo Pro 4 délivre des images satisfaisantes. La balance des blancs est à revoir, mais cela n’empêche pas de lire notre scène de test, d’ailleurs capturée avec beaucoup de finesse. En comparaison, la BC1 d’Ezviz, notre référence dans la catégorie des caméras de surveillance sur batterie, ne permet pas de distinguer les plus petits détails avec son capteur de 2 mégapixels, mais son accentuation des contrastes et des contours lui permet de révéler davantage d’éléments en ton sur ton et ainsi de rendre une scène plus lisible dans l’ensemble. On pourra plus facilement identifier quelqu’un au premier coup d’œil avec la caméra chinoise.

See also  Laowa Argus 35mm f/0.95 FF: an ultra-bright lens and the latest news of the year

Article recommandé : 

De nuit

Pour améliorer la lisibilité en faible luminosité, l’Arlo Pro 4 laisse le choix entre une vision infrarouge et une vision en couleur, assistée du projecteur embarqué. Nous avons cette fois encore confronté ses images avec celles de la BC1.

Ezviz BC1 Arlo Pro 4

En vision infrarouge tout d’abord, le modèle américain confirme sa capacité à capturer des éléments plus fins grâce à son capteur mieux défini, et l’on note que la bascule depuis le mode normal est plus rapide : 1 seconde à peine, contre 3 s pour la caméra d’Ezviz. Dans l’ensemble, la lisibilité reste néanmoins meilleure avec cette dernière, et cette supériorité s’est confirmée en usage réel.

Nous sommes parvenus à identifier quelqu’un à partir de 4 mètres sur les images de la BC1, contre un peu plus de 2 mètres seulement sur celles de sa rivale. Arlo reste en revanche devant sur la détection de mouvement : lever le bras à l’autre bout de notre Labo, soit à près de 9 mètres de distance, suffit à déclencher la Pro 4… Il faut plutôt se trouver à 5,50 mètres pour déclencher la BC1.

Ezviz BC1 Arlo Pro 4

L’écart entre nos deux modèles se creuse encore un peu plus lorsque l’on compare leurs visions de nuit en couleur. L’Arlo Pro 4 peine à corriger l’exposition et perd de nombreuses informations, soit parce qu’elles sont brûlées, soit par manque de contraste. Nos essais en éloignant la caméra n’ont pas donné de meilleurs résultats. En somme, il vaut mieux désactiver cette fonctionnalité et se contenter de la vision infrarouge. L’Ezviz BC1 s’en sort bien mieux avec son projecteur. Il permet de retrouver des détails perdus en vision infrarouge, sans brûler totalement les zones claires.

See also  Instant Sports Winter Games trailer: a back-to-school winter sports compilation